Cher journal ;

 

Très cher Journal, je ne peux confier mon désarroi qu'à toi seul. Quoi, j'ai hérité de tous les atouts dont on pourrait rêver pour mener à bien une existence fabuleuse ; je possède la fortune, la célébrité, la puissance, et le sang qui coule dans mes veines charrie une puissance magique enviée. Je devrais me réjouir, je devrais exulter de bonheur, je devrais élaborer des projets par centaines.

Et pourtant je suis ravagée par la peur. 

 

 

Screenshot_46

 

J'ai honte, mais je sursaute au moindre bruit, je frémis si le brouillard se lève. J'angoisse sur mes compositions, je deviens anxieuse à l'attente de chaque relevé de notes. Les plus anodins moments de ma vie sont sources de craintes. Or, je vis à Dragon Valley, au sein d'une famille douée du Don. Des sortilèges, des envoûtements rythment ma vie, les créatures les plus étranges la traversent. Et si la licorne hennit, n'est ce pas le signe qu'elle va enflammer la maison ? Si Esprit, notre dragon noir, sautille dans la courette, c'est que les fantômes vont survenir... Et je tremble.

 

Screenshot_7

 

Peut être que mes angoisses vont s'atténuer en grandissant ? Je suis toute jeune encore, je viens de fêter mon anniversaire. J'avais hâte de grandir, il n'a jamais été très confortable d'être la seule enfant, entourée d'adultes, et de parents vieillissants.

 

Screenshot_13

 

J'ai soufflé mes bougies à la grande joie de ma mère. Je suis née si tard dans son existence qu'il n'est pas certain qu'elle assiste à mon prochain anniversaire, et j'appréhende déjà sa disparition. Avec le pragmatisme qui la caractérise, maman a déjà rédigé les actes testamentaires me faisant l'héritière des Tourelles, qui m'échoieront dès ma majorité atteinte.

 

Screenshot_18

 

Et me voilà jeune fille ! Je rayonnais de joie et de fierté, je caressais tous les rêves du monde. Je rêvais d'aventures, de voyages, de terres lointaines et de légendes inconnues, de mystères et de découvertes fabuleuses...

 

Screenshot_65

 

Et Brunehilde est apparue pour débarrasser la vaisselle.

 

Screenshot_96

 

J'ai honte, Journal, d'être si peureuse. Mais je tremble devant la moindre bâtisse un peu sombre, m'imaginant des sabbats maléfiques, des fantômes vagabonds... Je me ronge les sangs lors de la pleine lune... Mes camarades se lancent des défis, s'invitent à visiter le cimetière à la pleine lune, à plonger dans la fosse pour chevaucher la bête. A cette pensée, je manque de m'évanouir.

 

Screenshot_39

 

La pleine lune ! Je ne peux pourtant pas l'éviter. Lorsqu'elle sort, ronde et brillante, de son lit de nuages, les hurlements des loups résonnent dans la vallée. Et, dans un craquement sinistre, les premiers zombies commencent à sortir de terre...

 

Screenshot_41

 

Ils sont hideux, effrayants, terrifiants, et ravagent tout sur leur passage, ne laissant derrière eux qu'une terre morte et des plantes arides, dont les épines noires s'accrochent à moi, me retiennent...

 

Screenshot_28

 

Ils rôdent dans la nuit blême, à la recherche de victimes, prêts à les étrangler, à les dévorer... Le mois dernier, Aedan a tenté de les chasser et de sauver nos plants de fruits de vie. Je l'ai vu revenir après une longue attente...

 

Screenshot_60

 

J'aime mon frère avec tendresse, mais là, je suis restée figée par l'effroi. Aedan avait été contaminé. Le Mal avait pénétré notre foyer.

 

Screenshot_30

 

Il a erré dans la maison, marmonnant de façon incompréhensible, les yeux brillants d'avidité et de haine, jusqu'à ce que Maman ne lui lance une potion de soin.

 

Screenshot_20

 

La peur me paralyse. Dans une contrée imprégnée de surnaturel, elle ronge et pourrit mon existence. J'ai essayé de me plonger dans les registres d'Alchimie familiaux, à la recherche de la potion de courage qui saurait me guérir.

 

Screenshot_22

 

J'ai essayé d'augmenter mon potentiel magique, afin de pouvoir m'ensorceler pour me débarrasser de cette angoisse épuisante. En vain.

 

Screenshot_2

 

J'ai réfléchi, j'ai envisagé toutes les voies possibles, j'ai fait appel à toutes mes connaissances pour évaluer mes options.

 

Screenshot_4

 

Et puis, je me suis souvenue d'une antique discipline de méditation qui pourrait m'apporter la paix à laquelle j'aspire. 

 

Screenshot_3

 

Loin, au delà de la vallée, au delà des mers, aux confins du monde connu, s'étend le monde mythique de Shang Simla, où l'on enseigne ce vieil art. Une poignée de privilégiés peuvent s'y initier, au prix de lourds efforts et de nombreux sacrifices, dans les salles de l'ancienne académie.

 

Screenshot_5

 

Maître Lê Suan parvient à y guider quelques initiés vers la voie de la sagesse et de la sérénité.Sa réputation était parvenue jusqu'à moi. L'art martial et la méditation pourraient ils me guérir de ma pusillanimité ? J'étais prête à essayer. J'étais prête à tout essayer.

 

Screenshot_105

 

Bien sûr, il a fallu convaincre Maman qu'un voyage à Shang Simla était nécessaire à mon épanouissement. Ce ne fut pas difficile ; Maman a toujours été prête à tout m'offrir, hormis quelques minutes de son temps. Et Aedan, qui y voyait l'occasion d'approfondir ses théories musicales, a convenu qu'il m'accompagnerait.

 

Screenshot_106

 

Merci infiniment, Maman, de me rendre un peu d'espoir...

 

Cher Journal ;

 

Me voilà donc au coeur de ce pays étrange et chargé de traditions.

 

Screenshot_2

 

Ici, je le sens, je pourrais apprendre à mieux me maîtriser. Je pourrais apprendre à vaincre ma peur.

Confiante, j'ai dirigé mes pas vers l'académie, le but de mon long voyage. 

 

Screenshot_4

 

 Ça ne m'a pas empêché de paniquer en voyant arriver Maître Lê Suan. L'angoisse paralysante m'a de nouveau étreinte. Et si j'étais récusée ? Si le Maître ne voyait pas en moi une novice acceptable ? Si je me ridiculisais et perdais, sous l'influence du stress, ma meilleure chance ?

 

Screenshot_19

 

 Mais tout s'est bien passé. Maître Lê Suan m'a écouté avec une grande gentillesse exposer mon problème, mon idée, et mes aspirations.

 

Screenshot_7

 

"Apprendre à se connaître et à se dominer est une noble cause", m'a t il finalement dit. "Je te prends pour élève". J'étais si émue que je n'ai su que répondre.

 

Screenshot_4

 

On a débuté sur le champ par les rudiments des arts martiaux. Selon mon Maître, pour dominer son mental, il faut avoir une parfaite maîtrise de ses capacités physiques, faire de son corps son plus fidèle allié, pouvoir avoir en lui une confiance inaltérable. Cet objectif, je l'ai tant pris à coeur qu'il est devenu le but de ma vie.

 "Il te faudra encore beaucoup travailler, dans ton pays. Nous profiterons de ton séjour pour acquérir les bases techniques qui te permettront de t'entraîner chez toi". 

 

Screenshot_3

 

La pureté et la perfection aiguisée des gestes de mon Maître, je suis loin de les atteindre. Pour l'instant, en restant indulgent, on peut me qualifier de pataude. Si on s'abstient des euphémismes polis, j'évoque l'élégance d'un chou rave. Cependant, je persévère, décomposant encore et encore les mouvements.

 

Screenshot_16

 

"Tu devras t'entraîner jusqu'à ce que l'art du combat te paraisse acquis, avant de passer à l'art autrement subtil de la méditation, jeune initiée. Le combat et la méditation, le corps et l'esprit, le Yin et le Yang, telle est la clef de l'harmonie. Lorsque tu seras prête, nous nous rencontrerons et nous nous affronterons ; et, si tu parviens à me battre, je t'enseignerai la voie de l'esprit".

 

Screenshot_2

 

Maître Lê Suan m'a consacré beaucoup de temps, mais il lui reste d'autres élèves. Il a dû me quitter, sur quelques dernières consignes. Désormais, je vais m'entraîner seule. Progresser et m'améliorer. Tendre vers la perfection physique que mon maître évoquait, dans l'espoir d'atteindre ensuite la sérénité de l'âme.

 

Screenshot_6

 

La veille de notre retour, j'avais acquis ma première ceinture. J'en éprouvais un sentiment de fierté et de plénitude.

 

Screenshot_18

 

 Pendant mes longues heures d'entretien avec mon Maître et d'entraînement intensif, Aedan profitait de la beauté des lieux.

 

Screenshot_17

 

Il me rapportait, le soir, ses descriptions des principaux sites touristiques de Shang Simla, et me faisait rêver. Quelle fascinante culture, si éloignée de la nôtre, élégante et raffinée... Je reviendrais dans ce pays qui m'est devenu aussi cher que ma vallée natale. Qui sait, je pourrais participer au grand tournoi d'arts martiaux, un jour ? 

 

Mais le voyage fut bref. Il fut bientôt temps de revenir aux Tourelles. Et là, surprise... Les Tourelles se tenaient toujours là, dressées vers le ciel, mais avaient subi une véritable métamorphose.

 

Screenshot_4

 

Une Natty radieuse nous attendait au seuil d'une demeure manifestement revisitée par toute une armée de paysagistes et d'architectes d'intérieur. Pour nous remercier de notre accueil aux Tourelles, elle avait refait les plans du jardin et a profité de notre voyage pour nous en ménager la surprise.

 

Screenshot_5

 

J'ai déambulé au sein des collines boisées et fleuries qui entourent la maison.

 

Screenshot_6

 

Maman, ravie de me voir si abasourdie, savourait la surprise de Natty.

 

Screenshot_30

 

Le terrain de jeu que j'arpentais il y a encore si peu de temps est toujours présent, mais parsemé de nouvelles fleurs.

 

Screenshot_2

 

Et, juste pour s'amuser, Natty a fait bâtir un belvédère, comme un parfait site susceptible d'accueillir les sérénades de mon frère... 

 

Screenshot_6

 

Une fois remise de ma stupeur, j'ai balbutié à Natty mes remerciements qui, pour être décousus, n'en étaient pas moins enthousiastes. Elle m'a alors expliqué qu'elle avait un intérêt tout personnel dans ces travaux d'embellissement.

 

Screenshot_4

 

Natty rêve de devenir paysagiste, et de remodeler les parcs vieillots de Dragon Valley. Depuis plusieurs mois, elle élabore des plans et des études de terrain. Et elle vient enfin de signer avec la ville son premier contrat, pour un gigantesque plan d'eau, qui deviendra le "Parc Anna Cirkhaën". L'aide de Maman lui a bien sûr été précieuse (capitale ?). Aussi, elle a choisi les Tourelles comme exercice de style, comme répétition générale.

- Allez, me dit-elle pour conclure, viens voir l'intérieur, maintenant !

 

Screenshot_7

 

L'intérieur.... n'a plus rien à voir avec la décoration traditionaliste, quasi moyenâgeuse, de mes aïeules. Natty a donné un sérieux coup de balai !

 

Screenshot_8

 

Même les toilettes et la buanderie ont été remaniés, éclaircis, modernisés.

 

Screenshot_9

 

Désormais, le salon nous accueille en rouge et beige.

 

Screenshot_10

 

Il communique avec l'entrée, mais aussi avec la cuisine, et le piano d'Aedan y a élu domicile.

 

Screenshot_11

 

La cuisine  est dorénavant une pièce séparée. Natty y a gardé son mélange de rouge et de beige. Une cuisine où on ait envie de cuisiner, de mitonner, de mijoter et de pétrir...

 

Screenshot_12

 

Il a fallu l'agrandir, pour que la famille puisse y prendre les repas.

 

Screenshot_13

 

La serre de Papa, elle, est restée dans les tons verts.

 

Screenshot_15

 

Enfin, la salle de bain du rez de chaussée a peu changé, mais s'est vue adjoindre des photographies en noir et blanc en lieu et place de nos tableaux traditionnels.

 

Screenshot_17

 

A l'étage, je passerai rapidement sur l'autre salle de bain. 

 

Screenshot_22

 

Pour arriver directement à la chambre ultra moderne de mon frère et de Natty...

 

Screenshot_20

 

A la chambre un peu moins moderne de mes parents, toujours pleine de plantes.

 

Screenshot_24

 

Avec le travail de bureau de Maman et de Natty, un ordinateur posé sur un bureau dans un coin de chambre ne suffisait plus. Une pièce de travail a donc été crée. J'y fais également mes devoirs, et Maman y répète ses discours.

 

Screenshot_26

 

Enfin, ma chambre ! Et bien, je n'ai plus droit à une chambre d'enfant...

 

Screenshot_3

 

 Cela vu, j'ai posé à Nat' la question qui me tourmentait : pour transfigurer notre jardin en parc floral, elle a dû raser le potager... Que sont devenues nos plantes et nos cultures ? Les Tourelles sont avant tout une exploitation agricole, nous vivons des fruits de notre récolte...

- C'était devenu trop grand. Impossible de continuer à exploiter le terrain même de la maison. Alors, avec Adriel, nous avons racheté des champs en jachère, et replanté là bas...

 

Screenshot

 

Nous avons donc fait route vers l'exploitation agricole proprement dite, également appelé "le domaine d'Adriel". Toutes les plantes de la création, les herbes aromatiques, les raisins français, les arbres fruitiers, et les légumes du potager s'y retrouvent, entre les ruches, l'enclos des vaches et le poulailler.

 

Screenshot_2

 

Avec cette étonnante avancée technologique, premier du genre dans la vallée : le tracteur à énergie solaire, écologique et biologique. Maman a racheté les plans à prix d'or à un inventeur de Twinbrooks, fou mais génial. Mais nous n'abandonnons pas les dragons verts pour autant !

 

Screenshot_4

 

Une petite demeure permet à Papa de faire ses ablutions, se sustenter et  prendre un peu de repos durant ses longues journées de travail, sans qu'il soit nécessaire de retourner aux Tourelles.  

 

Screenshot_6

 

Papa s'amuse passionnément avec son tracteur. Je me prends à l'imaginer enfant, jouant avec ses petites voitures et son train miniature. Il jubile littéralement sur son engin. Je préfère les balais, mais on ne discute pas des goûts et des couleurs...

 

Screenshot_12

 

J'ai demandé à Maman si elle ne se sentait pas en contradiction avec ses propres principes. Après avoir lutté toute sa vie politique pour la sauvegarde des petites exploitations agricoles traditionnelles, la voilà propriétaire de la plus grande ferme de Dragon Valley. Et avec un tracteur. Certes, un tracteur à énergie solaire, mais un tracteur. Et la sempiternelle récolte manuelle, aidée par le vol magique des dragons verts ?

 

Screenshot_15

 

Maman est pragmatique avant tout : l'étendue de nos cultures le nécessitant, elle n'éprouve aucun remord à avoir agrandi nos terres. Elle m'a souligné au demeurant que la Ferme était parfaitement autonome en énergie, grâce à son éolienne, et disposait d'un bassin d'épuration d'eau. Les dragons fournissent toujours l'engrais magique et sans phosphates de nos champs, et le tracteur permet un arrosage toujours plus économique en eau que les arroseurs automatiques... Bref, elle n'a aucun état d'âme, et semble avoir bien peaufiné ses arguments ; à croire que je ne suis pas la première à souligner cette contradiction apparente.

 

Screenshot_21

 

Et elle m'a laissé pour répéter son prochain discours.

 

Cher journal ;

La vie continue aux Tourelles.

 

Screenshot_16

 

Natty parachève les derniers détails de ses plans. Les premiers coups de pelle doivent débuter au début de l'été. Elle travaille d'arrache pied...

 

Screenshot_8

 

Enfin, je parle quand même de Natty. Elle garde du temps pour elle, pour se ressourcer au soleil. Pour conserver sa chlorophylle, je suppose.

 

Screenshot_10

 

Papa profite des joies de la Ferme. Il espère obtenir avant son trépas plus d'une vingtaine de plantes parfaites, et ce dernier défi l'occuppe considérablement.  Son peu de temps libre, il aime à le passer là-bas, à pêcher, à jouer avec Marguerite...

 

Screenshot_11

 

Pour admirer les derniers poussins - il faut reconnaître qu'ils sont adorables - et pour savourer ses meilleurs bouteilles de nectar.

 

Screenshot_5

 

Aedan continue son bonhomme de chemin. Il compose et interprète à longueur de journée, et les Tourelles sont baignées de musique. Chaque jour, le belvédère voit être donnée une nouvelle sérénade.

 

Screenshot_4

 

Il est désormais membre de l'orchestre symphonique, et se dirige, presto,  allegro, vers le sommet de sa carrière - et la réalisation du rêve de sa vie.

 

Screenshot_4

 

Natty et lui sont toujours passionnément amoureux. Je ne parierai pas sur l'absolue fidélité de cette dernière, mais elle reste discrète, et Aedan s'en satisfait.

 

Screenshot_2

 

Bref, la vie continue, avec ses joies et ses peines, ses petits moments de détente et de bonheur, magie et quotidien étroitement mêlés.

 

Screenshot_9

 

Mon seul drame : mes devoirs ! Je déteste l'école. J'ai beau faire de mon mieux,  impossible de comprendre quoi que ce soit aux intégrales ou aux coniques. Et puis, j'ai un peu de mal à me concentrer au lycée ... 

 

Screenshot_12

 

Je dois reconnaître que mon manque de concentration porte un nom : Corentin... Il est mon voisin de devant en cours de maths, et mon regard glisse irrésistiblement du tableau vers sa nuque. Il n'a absolument pas compris mes difficultés, et m'a très gentiment proposé de m'aider avec mes leçons... Je n'ai aucune illusion sur mes capacités à comprendre l'algèbre dans ces conditions, ce qui ne m'a pas empêché d'accepter avec joie, afin de profiter de sa présence un peu plus encore.

 

Screenshot_10

 

Ainsi, nous avons un peu appris à nous connaître ; je le sais passionné de bricolage et de mécanique, perfectionniste en diable, et ... beau....

 

Screenshot_8

 

Il est capable de passer des heures à me parler de la ligne superbe et du moteur puissant d'automobiles dont j'ignore jusqu'au nom, et... Je suis capable de l'écouter.

 

Screenshot_7

 

Quand je pense à lui, mon coeur bat la chamade. Je vais essayer de l'inviter au bal de fin d'année. Je comptais y aller en balai, mais là, je demanderai à Aedan ou à Maman de me louer une limousine. Tant pis si c'est polluant...

 

Screenshot_14

 

Je ne comprends toujours rien aux coniques, mais j'ai compris le principe d'un moteur à explosion. Vivement le bal de fin d'année...