Cher Journal ;

 

Me voici majeure. Je vais pouvoir démontrer au monde ce dont je suis capable, et révolutionner les sciences et la médecine. Il n'y aura plus de patients abandonnés à Dragon Valley.

 

Screenshot_9

 

J'assume parfaitement cette ambition. S'il est ridicule et absurde de surestimer ses aptitudes, se rabaisser par fausse modestie serait une offense à mon intelligence, et je suis douée du cerveau le plus brillant qu'il ait été donné de voir dans la Vallée depuis que mes ancêtres s'y sont établis. Je suis un génie, je suis ambitieuse, et je vais faire la preuve de mes capacités de travail hors du commun. Je ferai de cette ville un pôle médical d'excellence.

 

Screenshot_13

 

Mon travail a déjà été reconnu avec la remise des diplômes. Outre le très évident titre de meilleure élève, j'ai été nommée l'élève la plus susceptible de devenir millionnaire. Ce qui, en ma qualité d'économe, ne peut que me combler. Par ailleurs, j'ai obtenu un dossier élogieux, voir encenseur, pour mon inscription à l'université.

 

Screenshot_16

 

La remise des diplômes fut aussi l'occcasion de croiser de vieilles têtes. Nous étions condisciples la semaine dernière, mais nous avons tous mûris subitement. Nous voilà adultes, prêts à prendre nos vies en main. Yannis, par exemple, a remarquablement changé en si peu de temps. Son visage poupin s'est affirmé, et c'est un fort bel homme qui m'annonçait son départ à la fac.

 

Screenshot_18

 

Evidement, je fus enthousiasmée par cette nouvelle. Ma vie d'étudiante commence d'emblée avec un camarade d'études sympathique ! Je lui proposai aussitôt de nous épargner la déchéance, le bruit et la saleté des résidences universitaires et de nous installer en colocation.

 

Screenshot_19

 

Mais avant notre départ, nous fixâmes un dernier rendez vous de notre petit groupe, une ultime fête d'adieu, avant la séparation qui s'amorçait avec notre départ à la fac, et surtout : avec notre entrée dans la vie.

 

Screenshot_22

 

Comme elle fut émouvante, cette dernière rencontre ! Je pus y exprimer mes ambitions et mon rêve le plus cher : faire disparaître les errances médicales, assurer à chacun une chance d'être écouté, aidé, et finalement soulagé. Et loin de me juger froide et prétentieuse, j'ai bien senti que mes amis m'approuvaient, me soutenaient, dans cette quête.

 

Screenshot_23

 

Yannis, lui, rêve d'efforts et de victoires. Il s'est inscrit dans un cycle d'éducation physique, avec le voeu de tant briller sur le terrain de football qu'un sélectionneur le remarque. Plus que son diplôme, il souhaite un premier contrat, afin de devenir un jour un athlète superstar.

 

Screenshot_24

 

L'avenir de Pierrick reste plus terne. Sa mère est tombée gravement malade, et il dépend de lui désormais de faire rentrer l'argent du foyer. Il a pris un emploi à l'épicerie. Il est resté très secret sur ses aspirations profondes ; pourtant, je n'ai pas l'impression que nos ambitions le choquaient, mais bien plutôt qu'il était devenu extrêmement réservé avec ces responsabilités nouvelles.

 

Screenshot_25

 

Nos tourtereaux étaient là, eux aussi, mais pour Corwin et Valérie, la fac et le diplôme sont encore bien loins. Ils s'aiment toujours autant, malgré leur différence. J'éprouve maintenant pour Valérie une affection presque fraternelle, et j'espère vraiment que le temps ne les séparera pas. Je trouve cela si beau, une histoire d'amour qui débute au lycée et dure toute la vie... Comme celle de mes parents. Ce ne sera pas mon cas, c'est sûr.

 

Screenshot_4

 

Je ne sais pas à quoi ressemblera mon histoire d'amour. Je suis plus intelligente que jolie, mais je suppose que je rencontrerai quelqu'un quand même. Il doit bien y avoir, à la fac, un esprit suffisement fin pour arriver à m'aimer.

 

Cher Journal ;

 

Screenshot_36

 

Comme j'étais excitée ce matin d'hiver, quand dans le vent glacial Yannis et moi avons pris la navette pour la faculté ! Je trépignais d'impatience comme une gamine un matin de Noël. Tant d'esprits brillants, tant de notions exquisement complexes à acquérir, tant de concepts subtils à analyser ! 

 

Screenshot_26

 

Et le dernier salut de mon frère bien aimé, qui a caracolé pour me souhaiter bonne chance, m'a terriblement émue. Je me sens fébrile, à la limite de la labilité émotionnelle, prête à passer des larmes au fou rire. Je vivais le premier jour de ma vie.

 

Screenshot_40

 

Que l'université était belle dans ce froid soleil d'hiver ! Ces bâtiments splendides, ce ciel lumineux auguraient d'un avenir radieux... Nous nous sommes aussitôt rendus, mon nouveau colocataire et moi même, dans la maisonnette que nous avions choisie. 

 

Screenshot_39

 

Elle était encore plus mignonne que sur le catalogue. Je fondis immédiatement. J'adore les Tourelles, mais ce nouveau foyer m'est instantanément devenu aussi cher à mon coeur. D'autant que le loyer est plus que modéré, ce que je ne peux qu'apprécier.

 

Screenshot_38

 

En revanche, l'intérieur faisait état d'une incurie totale. La crasse répugnante qui y régnait n'avait rien à envier à la chambre de mon frère. De toutes évidences, nul n'y avait passé un coup de serpillère depuis plusieurs semestres.

 

Screenshot_51

 

Je m'empressais de décrocher mon téléphone pour assassiner l'agence de location. Nous ne payions pas pour vivre dans une bauge ! Ils étaient priés de résoudre la situation au plus vite !

 

Screenshot_58

 

Et c'est ainsi que je passais ma première journée de fac, non pas à découvrir avec délice mes nouveaux manuels comme je l'avais escompté, mais à déambuler dans la cité universitaire avec Yannis...

 

Screenshot_48

 

Je passe sur le sempiternel accueil des nouveaux arrivants, qui n'avait pour seul intérêt que de nous offrir quelques gadgets gratuits. Comme il n'y a pas de petites économies, je parvins à endurer les longs et pesants discours d'introduction qui les accompagnaient.

 

Screenshot_65

 

Yannis et moi nous promenâmes longtemps à travers le campus, admirant sans réserve les oeuvres architecturales et les sculptures qui s'offraient à nos yeux. Nous ne sommes après tout que de gentils péquenauds, directement arrivés de la plus archaïque des villes - si tant est qu'on puisse compter Dragon Valley comme une ville plutôt que comme un gros bourg - et nous avons partagé sans honte notre émotion de nous trouver là.

 

Screenshot_66

 

Nous avons commencé à parler ensemble, Yannis et moi, à nous confier nos impressions, nos désirs. Il a tenté de m'expliquer la passion brûlante qu'il éprouvait pour l'effort physique, cette sensation d'adrénaline, de joie pure de sentir ses muscles travailler, cette farouche fierté qu'on éprouve à se dépasser, à remporter matches après matches de nouvelles victoires sur soi même. Il a même essayé de me faire jouer au disque volant pour me démontrer l'allégresse du jeu ; moralité, j'ai failli casser mes lunettes.

 

Screenshot_67

 

 Il y a comme cela des jours exceptionnels, des jours précieux, qui comptent plus dans une vie que des semaines entières. Nous sommes devenus en ce seul après midi des amis intimes. Je me sentais aussi proche de lui, qui n'était hier que mon voisin de devant en math, que de mon frère Corwin.

 

Screenshot_100

 

Mais tous les jours, même les plus précieux, ont une fin. Le soleil d'hiver se couchait sur la neige quand nous songeâmes à nouveau à la réfection de notre maison.

 

Screenshot_159

 

 Mais ce jour là restera dans mon coeur, Journal. J'étais étudiante, et j'avais un nouvel ami.

 

 Screenshot_62

 

 

 

Cher Journal ;

 

Les cours ont commencés enfin ! Chaque matin, je me précipite, pleine d'allégresse, vers une nouvelle somme de connaissances toute fraîche à découvrir, disséquer, analyser, digérer...

 

Screenshot_76

 

Je regrette juste le niveau moyen de mes condisciples. Je croyais que l'université était le siège d'esprits brillants, sélectionnés, alertes. J'ai dû déchanter.

 

Screenshot_89

 

Vu le niveau moyen des questions, ce n'est pas dans mon cours de théorie quantique que je rencontrerai l'esprit fin et brillant qui pourrait être mon âme soeur. Je me sens seule, ici comme ailleurs. Je sais bien que le Q.I. n'est pas tout, j'apprécie sincèrement certains amis (Valérie, Yannis, Corwin) pour leurs qualités humaines ; mais j'espérais vraiment, eh bien... rencontrer enfin des gens comme moi.

 

Screenshot_69

 

Yannis, lui, s'amuse bien. La saison de football n'est pas encore commencée, et son emploi du temps est plus que souple. Il se consacre - un peu - à ses cours théoriques et à ses T.D....

 

Screenshot_70

 

.... même si je pense qu'il n'y met pas tout le sérieux nécessaire....

 

Screenshot_162

 

Il se consacre aussi - beaucoup - à son entraînement physique. A le voir grimacer sur ses instruments de torture qu'il appelle appareils de musculation, je ne comprends pas mieux la notion de joie indicible lié à l'effort physique ....

 

Screenshot_164

 

Il se consacre enfin - surtout - à devenir un étudiant populaire. Il sort beaucoup, boit trop, s'amuse follement, et tutoie quasiment tous les profs. Quant aux filles, il n'en est qu'à leur signer des autographes, mais je pressens l'hystérie qui adviendra forcément à la reprise des matches.

 

Screenshot_158

 

 Bref, il est devenu un fêtard invétéré.

 

Screenshot_167

 

A titre exceptionnel, il lui arrive d'ouvrir un manuel. Le pire, c'est qu'il est sur la liste spéciale du doyen parmi les étudiants les plus brillants, alors que je sue sang et eau pour parvenir à la même distinction, sans résultat ! Je me console en songeant qu'entre le cursus d'éducation physique et celui de médecine, la différence de niveau justifie cette apparente injustice. Autrement dit, cher Journal, c'est plus facile d'obtenir de bonnes notes en récitant du La Fontaine qu'en exposant les Prolégomènes de la Raison Pure.

 

Screenshot_155

 

 

Là où Yannis se sent un peu frustré, c'est que j'ai établi dès le début les règles fondamentales qui régissent notre colocation : pas de fêtes avant les examens semestriels, pas d'excès d'alcool, pas de tapage nocturne, une alimentation saine et économique et une égalité parfaite dans les travaux ménagers, et surtout, surtout, une priorité absolue aux études.

 

Screenshot_160

 

Non mais c'est vrai, nous sommes à la fac pour travailler ; nos examens, notre diplôme sont les priorités absolues. Il faut savoir se soumettre à une discipline sérieuse pour réussir ses études ; et c'est là un sacrifice vite consenti quand on pense aux enjeux.

 

Screenshot_148

 

Bref, Yannis a fait une drôle de tête. Je pense même qu'on peut dire qu'il a boudé un peu.

 

Screenshot_157

 

Mais qu'est-ce qu'il est mignon, mon Yannis, quand il boude !

 

 

Cher Journal ;

 

Le printemps est enfin arrivé.

 

Screenshot_90

 

Yannis le prend avec philosophie. Pourtant, pour lui, l'arrivée du beau temps change tout : c'est la reprise des matches, l'opportunité de briller, de réaliser son rêve. Pourtant, il n'est pas plus stressé que d'ordinaire. Il est toujours cool, trop cool... Moi, je suis stressée pour deux.

 

Screenshot_91

 

Moi, mes occupations ne se sont pas modifiées : sciences le matin, médecine le midi, physique quantique le soir...

 

Screenshot_165

 

Mais je n'ai pas l'impression que son emploi du temps se soit trouvé bouleversé non plus.

 

Screenshot_93

 

Il est toujours capable de prendre les choses à la légère, de rester détendu en toutes circonstances. Cela me semble étrange... et fascinant. Il me dit qu'il se hâte de rire de tout, de peur de se prendre au sérieux.

 

Screenshot_92

 

Pour moi, qui prends tout au sérieux - surtout les études, et surtout moi-même - je me dis parfois que je ferais bien de l'imiter. Mais c'est plus fort que moi, je ne peux pas m'empêcher de réfléchir, cogiter, me ronger les sang, étudier, et réfléchir encore...

 

Screenshot_86

 

Et puis, sincèrement, quand j'entends les questions absurdes de mes condisciples, je n'ai pas envie de rire, mais de mordre. Ces étudiants là vont soigner des gens ; ils vont rencontrer des malades, comme l'était mon père...

 

Cher Journal ;

 

Aujourd'hui, Yannis disputait un match capital. Je crois que tout s'est bien passé ; en tous cas, on entendait les hourras de l'équipe de la fac jusque dans mon amphi de mécanique des fluides.

 

Screenshot_169

 

 Je suis rentrée confiante, mais pas de Yannis à la maison. Je me suis donc plongée dans mes manuels...

 

Screenshot_125

 

C'est le bruit qui a fini par avoir raison de ma concentration. Une cacophonie tonitruante, entrecoupée de musique, de chants de l'université, de cris et de hourras...

 

Screenshot_104

 

Pas de fête chez nous avant les partiels semestriels, humm ? A voir la foule qui s'était donnée rendez vous dans notre salon pour fêter la troisième mi-temps, entre les spots et la sono qui hurlait, la consigne était un peu passée à la trappe...

 

Screenshot_107

 

J'ai fini par repérer Yannis dans la foule. il avait déjà beaucoup bu, et s'apprêtait à continuer avec enthousiasme. Le vacarme était indescriptible. Il était absolument illusoire de remonter dans ma chambre essayer d'étudier...

 

Screenshot_118

 

Bon, il ne me restait qu'une seule chose à faire... Me joindre à la fête ! Et puis, en toute honnêteté, je saturais de mes cours... J'ai donc pris un verre ou deux...

 

Screenshot_115

 

Et puis, hips ! Après un verre ou deux, elle me semblait beaucoup plus sympa, cette fête ! Encore un verre de plus, et je me suis sentie détendue. J'arrivais enfin à me laisser aller, à me lâcher un peu. Finalement, cela faisait du bien, de laisser tomber la pression !

 

Screenshot_128

 

Sauf que je me suis peut être laissée aller un peu trop...

 

Screenshot_129

 

Ca s'est fini comme ça devait se finir, dans l'hystérie d'une fête trop arrosée, très loin de mes rêves romantiques... Ma dernière pensée avant de m'endormir fut qu'il fallait absolument que nous parvenions à rester amis....

 

Screenshot_135

 

Et bien, Mélusine, il était inutile d'être si négative ! Alors que je m'apprêtais à encaisser une rupture, j'eus la surprise de vivre une déclaration d'amour ! Yannis ne regrettait rien, mais rien de rien ! Il m'a avoué avoir un faible pour moi depuis le collège, et ne désirait qu'une chose : continuer notre relation naissante !

 

Screenshot_150

 

Mon petit ami n'est pas un génie, Journal, mais il est drôle, il est beau et il m'aime ...

 

Screenshot_171

 

Depuis lors, Yannis et moi sommes devenus inséparables. Chaque intercours prend la couleur d'un rayon de soleil, parce que je vais le voir, parce qu'il va me faire rire, me glisser une boutade, me raconter une anecdote, me chatouiller, me rendre un peu de vie avant le prochain cours...

 

Screenshot_173

 

Et qui aurait cru que mon petit ami super sportif super populaire serait un grand romantique ? Je suis couverte de fleurs et de cadeaux, de rendez vous secrets et de mots doux glissés dans ma trousse...

 

Screenshot_178

 

Curieusement, je n'ai plus l'impression de travailler autant, mais mes résultats scolaires montent de façon spectaculaire. Je suis enfin sur la liste du doyen. Et si j'en ai éprouvé de la fierté, cela n'avait plus autant d'importance. Beaucoup moins d'importance que ma soirée avec mon homme.

 

Screenshot_185

 

Tout n'est pas rose ; nous nous disputons souvent. Il est crasseux et dépensier, quand je suis économe ; il se soucie bien plus que moi de sa popularité, et pas assez de ses cours à mon goût ; il ne vit que par l'expérience physique, je plane dans mon monde intellectuel. Mais les extrêmes s'attirent.

 

Screenshot_177

 

J'adore le regarder faire du sport, mais je ne comprends toujours rien à ce qu'il peut ressentir. Il y met une telle passion, une telle concentration ; j'ai l'impression dans ces moments là d'être totalement étrangère à sa façon de penser.

 

Screenshot_174

 

Le plus énervant, c'est sa passion pour la natation. J'ai peur de l'eau, depuis que je suis toute petite. Cependant, impossible de lui faire rentrer cela dans la tête. Sans le préméditer le moins du monde, il m'invite régulièrement à nager, à la plage ou à la piscine. Je me sens... niée.

 

Screenshot_175

 

Je reste sur la plage, et j'attends qu'il sorte. En même temps cela me donne du temps pour moi, du temps pour réfléchir.

 

Screenshot_184

 

Et puis, il boit trop, il boit beaucoup trop.

 

Screenshot_186

 

Cependant, je ne regrette jamais cette soirée. Il est si doux, si romantique ! Petit à petit, je me prends à rêver à installer une salle de sport aux Tourelles ; à quel prénom choisir pour notre enfant...

 

Screenshot_179

 

Nous nous disputons souvent, mais nous nous réconcilions toujours.

 

Screenshot_180

 

Et il faut bien admettre qu'il y a des avantages secondaires à sortir avec un athlète superstar. Yannis est dans une, humm, forme physique, humm, éblouissante...

 

Screenshot_188

 

Cette formation ci, je ne l'attendais pas de la fac, mais je dois bien reconnaître qu'elle est complète... Et très agréable.

 

Et puis, cher Journal, le temps passe. J'ai réussi haut la main mes examens.

 

Screenshot_202

 

Pour fêter cela, Yannis m'a fixé un rendez vous romantique. Il voulait me parler sérieusement. J'avais le coeur battant.

 

Screenshot_199

 

Et puis voilà, tout est fini, quoi. La fin d'une belle histoire...

 

Screenshot_190

 

Yannis m'a dit et répété qu'il m'aimait. Il m'a aussi dit, ce qu'il n'avait encore jamais fait, qu'il voulait que je partage sa vie, chaque jour, pour toujours.

Et puis il m'a dit qu'il partait à Sunlet Tides. Il a tapé dans l'oeil d'un sélectionneur, son rêve se réalise, il a signé un contrat.

 

Screenshot_195

 

Et il veut que je parte avec lui. Que je quitte ma famille, ma vallée. Que j'aille soigner de riches bronzés sous les palmiers.

 

Screenshot_197

 

 

Sauf que c'est hors de question. C'est à Dragon Valley, dans ce désert médical, dans cette zone étrange où souffre une population non humaine incomprise, que je peux être utile. C'est là que je peux sauver des vies. C'est là que je veux soigner les gens.

 

Screenshot_194

 

Alors... Alors nous nous sommes séparés, avec beaucoup de tendresse et de douceur, mais de façon inéluctable.

 

Screenshot_204

 

Mon diplôme en poche, je vais rentrer seule à Dragon Valley. Me lancer à corps perdu dans la médecine. Il me faudra prendre soin de bien des gens.

J'espère seulement que je trouverai un jour quelqu'un pour prendre soin de moi.